Nouvelle gare périphérique et internationale


Maître d’ouvrage : Ministère des Transports, Luxembourg
Lieu : Luxembourg-Cessange, Luxembourg
Concours : 2009 (projet lauréat)
Surface : 83 000 m2
Maîtrise d’oeuvre: RFR Ingénieurs-Conseils, Paris, France | PTV France, Ingénieurs transports, Strasbourg, France | Paul Wurth Umwelttechnik Gmbh, Essen, Allemagne | El:ch, paysagistes, Munich, Allemagne

images © Architectes Paczowski et Fritsch

Faisant partie d’un système de connections vertes entre les zones Nord et Sud de la nouvelle agglomération, ce croisement d’une importante ligne de chemin de fer avec une vaste esplanade devient le noyau central de la gare de trains internationaux et régionaux et de la gare routière (équipée de tous les services), du parking des voyageurs et des moyens de transport public urbain (tramways, autobus et taxis) circulant sur le boulevard de Hollerich. Un lieu-repère donc, marqué par un signal urbain fort, facilement reconnaissable : une verrière tendue au dessus du Hauptpassage et couvrant les quatre groupes de montées (escaliers, escalators et ascenseurs) qui donnent accès aux quatre quais de la gare ferroviaire. La verrière en porte-à-faux vers le boulevard de Hollerich s’ouvre au dessus de l’entrée nord du passage, tandis que ses courbes, enveloppant les quais, marquent sa présence côté sud.  

Tout en gardant sa fonction de liaison, ce passage central sous les rails est conçu comme le cœur urbain du nouveau quartier, offrant ses services non seulement aux voyageurs, mais aussi à tous ceux qui viennent de l’extérieur et qui peuvent profiter de son ambiance inondée de lumière du jour qui pénètre l’espace par de longues fentes laissées dans la dalle de couverture. Ces fentes deviennent vers l’ouest une vaste ouverture qui longe la gare routière en l’éclairant tout en la laissant à l’abri des intempéries. Le même système d’ouvertures dans la dalle laisse pénétrer la lumière du jour dans l’espace du passage latéral.

Le projet maintient, en grande partie, le remblai existant, en lui juxtaposant un viaduc côté nord. Les deux structures, tout en restant indépendantes et dissociées, permettent l’élargissement de la ligne ferroviaire et la multiplication des quais jusqu’au nombre de quatre – deux destinés à accueillir les trains internationaux et deux pour les trains régionaux. Sous ce viaduc, sont placés – en commençant par l’extrémité est – le passage latéral, le parking des voyageurs, le passage central, la gare routière et la zone d’accès et de stationnement de l’hôtel et du bâtiment administratif, situés tous les deux à l’extrémité ouest. Le parking de ce dernier se trouve dans les sous-sols.

Les bâtiments de l’hôtel et du bâtiment administratif ont été traités en grandes lignes, mais d’une façon ouverte, puisqu’il s’agit de la partie du projet qui devra sans doute faire encore objet de nombreuses réflexions et précisions de nature fonctionnelle et économique au cours du futur développement du projet.